Les chiffres de l'art en ligne en 2018

Pour la 6ème édition, l'assureur Hiscox présente son rapport sur le marché de l'art en ligne. Cette étude détaillée permet de comprendre les enjeux marketing et économiques de l'art à l'ère d'internet. Décryptons ensemble les tendances 2018 !

Maison_Taste-59.jpg

Parmi les chiffres marquants, on note une hausse des ventes en ligne de 12 % par rapport à 2016, une évolution conséquente et un critère à ne surtout pas négliger. Les plus septiques disaient qu'internet ne servait qu'à être visible, ceci valant un retard considérable en terme de marketing et de communication pour le marché de l'art.

Bref, voici les éléments à retenir :

• Les collectionneurs ayant déjà franchi le pas d'acheter en ligne, ont tendance à réitérer l'expérience dans les 12 mois, et ce, pour l'achat de plusieurs objets

• L'art en ligne permet d'attirer les nouveaux acheteurs, mais aussi les plus jeunes

• La transparence des prix est la clé du succès

• Si tu n'as pas Instagram, tu as 5min pour télécharger l'application (ceci est non négociable) et on en reparle

• Instagram est la plateforme préférée du monde de l'art : lieu de veille, de visite, d'actualité, d'apprentissage et de VENTE

• Les galeries ont de nouveaux canaux de vente : les réseaux-sociaux, une partie de vente en ligne sur leur site, mais aussi des marketplaces pour les représenter

• Les agrégateurs de vente aux enchères en ligne sont le canal de vente le plus populaire


Ce rapport est la preuve que l'acte d'achat sur le digital est aussi possible pour des œuvres et objets d'art. Le secteur assiste à des changements plus lents que pour le domaine de la mode par exemple. Pour être effective, la transition digitale nécessite une prise de conscience par l'ensemble des acteurs du marché de l'art.

Cependant, les règles sont différentes en ligne, les collectionneurs et amateurs recherchent plus de transparence sur les prix et sur les oeuvres. La transparence étant la clé pour rassurer l'acheteur avant la transaction - mais aussi pour le fidéliser ! L'acheteur a besoin de savoir ce qu'il va acheter : les informations sur l'oeuvre ou l'objet, mais aussi, sur l'artiste et sur le vendeur. Il veut en savoir plus sur la galerie, sur le site de vente afin d'établir une relation de confiance avec la plateforme. Les collectionneurs sont curieux et veulent pouvoir parler de leurs oeuvres en société, de connaître des anecdotes sur l'artiste et les coulisses de l'atelier. Ceci permet de créer une relation, finalement en ligne, ce n'est pas si différent que dans la vie réelle !

Les collectionneurs achètent plus fréquemment en ligne en 2017, et ce, à des prix de plus en plus élevés. 74 % des acheteurs interrogés précisent avoir acheté plus d'une œuvre pendant les douze derniers mois.

Les réseaux-sociaux sont au cœur du débat : Instagram est pour la deuxième année consécutive, la plateforme préférée des collectionneurs. Avec plus d'un milliard d'utilisateurs, le réseau est une fantastique vitrine pour diffuser de l'art, au-delà des cibles habituelles du secteur. Plus de 82 % des moins de 35 ans utilisent Instagram pour suivre l'actualité des artistes qu'ils affectionnent, et 75 % pour découvrir de nouveaux artistes ! D'où l'importance de garder un profil à jour et de soigner sa stratégie. Instagram est une galerie virtuelle, ouvrant de nombreuses portes aux artistes contemporains : construire une communauté de fans, se faire remarquer par des galeries, des collectionneurs et des professionnels de l'art. La presse, les curateurs, art-dealers et autres experts du domaine sont aussi sur Instagram, prêts à dénicher la perle rare.

Du côté des galeries, le digital est une opportunité pour atteindre des collectionneurs internationaux, gagner en visibilité et en notoriété. 32 % des galeries interrogées offrent à leurs clients la possibilité d’acheter un catalogue d’œuvres et de payer directement en ligne sur leur site Internet. L'utilisation de marketplaces (comme Artsper, Artmajeur, Artprice, Artsy etc.) représente environ la moitié des ventes en ligne effectuées par les galeries. 

L'essor du digital n'annonce en aucun cas la fin de l'espace physique, il offre cependant de nouveaux challenges et apporte de nouvelles opportunités en terme de vente, de communication et d'éducation — 'la culture à porté de main'.  

Pour en savoir-plus : Télécharger le rapport complet